Obilog - Logiciel GPAO / ERP

La « work sweet work » attitude de Quasar et Obilog

1er mai 2011

Filiale de QUASAR Solutions, éditeur spécialisé dans la gestion et le contrôle de la qualité, Obilog propose depuis 25 ans sa GPAO (gestion commerciale et de production). En mai dernier, les deux sociétés ont rassemblés à l’Impérial Palace d’Annecy plus de 150 industriels de différents secteurs pour leur club utilisateur. Le maître mot de l’événèment : « work sweet work » - travaillez détendu ! - slogan de la nouvelle identité visuelle lancée à cette occasion.

De nombreuses innovations furent exposées lors d’ateliers spécialisés. Premièrement, le lancement d’un nouvel outil d’aide décisionnel intuitif : le « Business intelligence » ou comment réaliser ses propres indicateurs et reporting sans l’aide d’informaticiens ! Obilog revisite l’ergonomie de son produit pour toujours simplifier les modes opératoires. Il propose également une refonte du module « Customer Relationship Management » (gestion de la relation Client) et des applications pour la Sous Traitance.
De son côté, QUASAR Solutions précise sa stratégie ‘’MES’’ (Manufacturing Execution System) axée sur trois volets. C’est l’unique éditeur sur le marché français à regrouper le contrôle qualité (SPC, traçabilité...), le pilotage d’atelier (TRS) et la maintenance (TPM), en un seul produit. Il approche des thèmes innovants et présente de nouvelles fonctionnalités. Parmi eux, relevons la maîtrise inertielle des procédés et le traitement des non conformités par la méthode 8D.
Agilium (gestion informatique de processus), l’université Lean 6 Sigma et TX2 concept (solutions EDI, WEB/EDI et XML) étaient partenaires de ce séminaire dont la clôture a été assurée par Eric Barone, vététiste de l’extrême qui, après une arrivée en cascade, accordait un entretien interactif et… décoiffant.

Le tolérancement Inertiel
Outil innovant pour gagner en productivité, le tolérancement détermine la qualité et la fiabilité de tout ensemble mécanique. Le problème général consiste à concilier deux préoccupations antagonistes : assurer un niveau de qualité optimal pour toute fonctionnalité vendue à un client, fixer les tolérances de chaque composant le plus largement possible pour diminuer les coûts de production. Traditionnellement, une caractéristique est considérée comme conforme lorsque qu’elle est comprise dans l’intervalle de tolérances. Ce tolérancement « au pire des cas » est utilisé car il garantit l’assemblage dans toutes les situations même s’il est réalisé au détriment du coût.
La méthode Inertielle révolutionne la notion de conformité en permettant de garantir la qualité et la fiabilité d’un assemblage à moindre coût. Sans variabilité du processus de fabrication, il n’y aurait pas de non-qualité et le résultat serait la cible. Le tolérancement discontinu classique est remplacé par une grandeur continue appelée Inertie qui mesure la perte par rapport à cette cible. Pour s’inscrire dans cette évolution majeure et normalisée de la maîtrise statistique des procédés, QUASAR Solutions a développé les cartes de contrôle et les indicateurs du tolérancement inertiel dans son nouveau module SPC.

Résoudre un problème récurrent par la méthodologie 8D
La méthodologie 8D est inventée par l’armée US pendant la seconde guerre mondiale puis étendue aux secteurs aéronautiques et automobiles. C’est un outil de résolution des problèmes qui vise la suppression de la récurrence des non-conformités. Il est à noter que le recours au 8D est réservé aux cas les plus complexes. Pour ce qui est des non-conformités simples dont les causes sont facilement identifiables, un simple plan d’actions suffit. On parle aussi de l’extension du 8D vers le 9D : ce qui consiste à se poser une question très intéressante avant de se lancer dans les étapes du 8D : « Est-il nécessaire de faire un 8D ? »
Déroulé en 8 étapes, la première regroupe une équipe pluridisciplinaire impliquant de nombreux services de l’entreprise dirigée par un chef de projet. La seconde étape consiste en une description du problème, puis en son analyse. Une fois identifiées, les causes racines sont traitées dans le cadre d’un plan d’actions qui regroupe des réponses immédiates. Cette troisième étape vise à préserver les clients des conséquences du problème. Les étapes quatre, cinq et six permettent la mise en place d’actions correctives et préventives. Enfin, la huitième étape permet de communiquer et de valoriser le travail effectué. Composante importante de la démarche d’amélioration continue, un plan 8D sous-entend donc une implication importante de toute l’entreprise.

Qualité Références - Avril, Mai, Juin 2011 - Page 72
http://www.qualite-references.com/

Télécharger la version PDF