Obilog - Logiciel GPAO / ERP

Pourquoi l’ESAT du Faucigny a choisi la GPAO OBILOG

28 mai 2015

L’ESAT du Faucigny a récemment fait l’acquisition du produit de GPAO OBILOG pour équiper ses ateliers. Yves Fayolle, directeur du centre, nous explique en quoi ce choix a contribué au développement de leur activité.

« Notre force, est notre différence », voici le slogan qu’affiche l’ESAT du Faucigny sur son site Internet. Lorsqu’on visite ce centre, ce slogan est parfaitement illustré.

Un récent changement de direction a amené une nouvelle façon de penser dans l’établissement. L’investissement réalisé est considérable afin de multiplier les compétences et les marchés sur lesquels l’ESAT peut se positionner. Investir dans des outils de pointe pour aider les ouvriers dans leur travail est l’une des priorités de la stratégie mise en place.

Les activités de l’ESAT

C’est ainsi que l’ESAT du Faucigny a récemment fait l’acquisition du produit de GPAO OBILOG pour équiper ses ateliers. L’ESAT est un établissement médico-social qui a pour objectif l’insertion sociale et professionnelle d’adultes en situation de handicap. L’ESAT du Faucigny, situé à Bonneville, est organisé autour de l’emploi, de la formation et l’accompagnement des personnes déficientes intellectuelles. Cet établissement, certifié ISO, emploie 147 ouvriers et 33 encadrants pour proposer des activités de service dans quatres grands secteurs d’activités :

  • L’emballage incluant la fabrication de cartons,
  • L’environnement avec la gestion des espaces verts,
  • La mécatronique avec de la sous-traitance sur la partie mécanique et électrique,
  • Les métiers de l’hygiène avec l’ouverture récente d’une blanchisserie industrielle sur le site de Bonneville.

A la question de savoir pourquoi développer ces secteurs d’activité, il ajoute :

« Nous souhaitons travailler dans la durée, c’est pourquoi nous étendons nos compétences et nous cherchons à aller vers des marchés très peu délocalisables ».

L’ESAT du Faucigny est une entreprise de secteur dit « protégé », il peut dans ce cadre bénéficier d’aides de l’Etat. En 2002, une loi vient changer la donne : budget constant, certaines enveloppes disparaissent, les aides diminuent et ne sont parfois plus suffisantes pour fonctionner correctement. Face à cette nouvelle situation, les structures doivent trouver des solutions. Celle proposée par Yves Fayolle est la suivante : créer de la valeur ajoutée, miser sur l’ouvrier et tout ce qu’il sait faire.

C’est cette idée qu’il a mis en place dès son arrivée à l’ESAT du Faucigny avec une stratégie en 5 axes : garantir les activités et le soutien pour tous, développer des marchés à forte valeur ajoutée, assurer la formation et l’autonomie des ouvriers, développer leur rémunération. Le cinquième axe est d’utiliser davantage de technologie pour pallier au handicap et répondre à un volume plus important de demandes.

« En appliquant cette stratégie, le fonctionnement de la structure se rapproche plus des codes des structures privées. En terme d’encadrement, les personnes recrutées sont majoritairement issues de structures privées médico-sociales. En terme d’outils, on investit sur les derniers modèles. On veut de vrais outils et non plus des produits pour handicapés » poursuit Yves Fayolle.

La GPAO OBILOG, suite logique des changements impulsés par la nouvelle direction

Le choix d’une GPAO du marché est dans la mouvance de tout ce qui a été fait, et il s’inscrit parfaitement dans la nouvelle stratégie de l’ESAT. Les attentes de la mise en place de l’outil OBILOG, solution retenue, sont nombreuses : offrir un vrai outil de production aux ateliers, simplifier la gestion de la production et surtout de disposer des indicateurs d’aides au pilotage des différentes activités pour prendre les bonnes décisions.

A la question de savoir pourquoi avoir choisi la GPAO OBILOG, Yves Fayolle répond :

« Nous souhaitions un outil reconnu dans l’industrie, proposant un accompagnement de mise en place et répondant à un maximum de nos problématiques métier. Je suis très attaché au « Made in Haute-Savoie ». J’ai donc regardé les solutions GPAO locales puis j’ai passé quelques coups de fil qui m’ont confirmé mon choix ».

Avant la mise en place de la GPAO, tout était géré par des fichiers Excel. Chaque atelier avait sa propre gestion. La mise en place de l’outil s’effectue en plusieurs étapes, c’est le module commercial qui a démarré. La deuxième étape est l’équipement dans les ateliers avec un « pilote » au niveau du thermoformage. L’ensemble des fonctions seront ensuite dupliquées sur les différentes activités de l’ESAT.
Le projet est ambitieux, il est mené en interne par Bruno Buzzino, responsable de la production. Celui-ci déclare :

« La GPAO devrait être une vraie révolution au sein des ateliers. Avec la nouvelle stratégie et notre ambition vis-à-vis des nouveaux marchés, il faut travailler comme des industriels. Nous pourrons grâce à l’outil suivre un flux complet de production et ainsi gagner en visibilité ».

La GPAO n’a pas pour seule mission de répondre à l’ensemble des secteurs d’activités, elle doit également accompagner l’ESAT dans son évolution permanente et ses avancées quotidiennes. Les méthodes de travail peuvent être modifiées pour répondre à certains projets. C’est le cas par exemple d’une activité en cours dans le domaine de l’hygiène. La prestation se fait à l’extérieur chez le client. Dans un tel cas, c’est toute l’équipe qui est délocalisée à l’extérieur : les ouvriers et les encadrants. Demain, ce contexte devra être pris en compte par l’outil pour assurer le suivi des activités.

En investissant dans un produit de GPAO du marché, l’ESAT de Faucigny sort une fois de plus du lot en illustrant son refus stratégique de l’assistanat et sa volonté de poursuivre sa croissance. Cet investissement s’inscrit dans le projet global de créer de la valeur ajoutée, « VA » qui est de plus en plus connue dans la région, en France et même plus récemment au-delà du territoire français.

Pourquoi l’ESAT du Faucigny a fait le choix de la GPAO OBILOG
Article de presse paru dans la revue N°243 Mai - Juin 2015 du magazine "Le Décolletage".